Spatialités

   L’approche spatiale est au cœur de notre démarche. Elle est d’abord un effet du lien étroit entre conflits et enjeux spatiaux au sens large. On voit bien, par exemple, combien la militarisation actuelle des espaces polaires, singulièrement en Arctique, est le reflet d’enjeux stratégiques d’accès aux ressources mais aussi de modifications environnementales liées au changement climatique. Ces liens entre environnement, milieux et stratégies géopolitiques sont en fait repérables dans la plupart des zones de conflit – ouvert ou latent – et les grilles d’analyse géographiques et géopolitiques sont indispensables à l’intelligence de ces phénomènes, comme ils sont aussi précieux pour décrire le phénomène actuel de retour, de réaffirmation ou de redéfinition des frontières (rebordering). Dans ces domaines, nous revendiquons aussi une certaine expertise régionale. Nos champs de recherche privilégiés portent notamment sur l’Asie-Pacifique, sur l’Amérique latine ou sur l’Afrique, sur ces sociétés comme sur ces milieux particulièrement sensibles. Ce sont des atouts précieux pour analyser les conflits régionaux et, plus largement, les enjeux géopolitiques et stratégiques propres à ces régions.

           La réflexion en termes de spatialités est aussi un moyen de comprendre les formes de la violence, que l’on s’intéresse par exemple à la façon dont est « construit » le champ de bataille, ou que l’on aborde ces questions sous l’angles des guerres civiles ou du terrorisme où la question de l’espace de la guerre et de la spatialisation de la violence se pose en de tout autres termes. Dans une perspective connexe, l’expérience combattante est aussi l’expression d’un rapport éminemment spatialisé à la guerre et au combat, à la fois subjectif et collectif dont les récits – littéraires ou non – le cinéma ou la peinture tentent de rendre compte.

            Enfin, dans notre perspective, la prise en compte des « spatialités guerrières » repose sur l’intégration à notre réflexion de différentes formes d’expression matérielles et physiques de la guerre qui toutes s’inscrivent justement dans des espaces. Ce sont ceux par exemple des fortifications urbaines, et de l’architecture militaire en général qui invitent à penser comment on construit la ville en fonction de la guerre. Ce sont aussi les espaces des champs de batailles et des ruines, qui sont des enjeux de connaissance, notamment pour l’archéologie, mais aussi des enjeux et des objets de mémoire, en d’autres termes des lieux et des espaces d’actualisation du passé.