Le groupe de recherche

Clausevitz, mais encore ?

 

            Le groupe Guerres Espaces Représentations est un collectif universitaire de recherche qui se donne pour objet l’étude de la guerre et des conflits armés. L’approche se veut résolument interdisciplinaire, largement fondée sur les sciences humaines et sociales mais aussi sur l’étude des représentations littéraires et artistiques. Il trouve son origine dans l’initiative de chercheuses et de chercheurs de l’Université Bordeaux Montaigne et il a vocation à rassembler, au-delà de ce seul établissement et du seul site bordelais (Université Bordeaux Montaigne, Université de Bordeaux, Sciences Po Bordeaux), des chercheuses et des chercheurs soucieux de construire et de proposer un regard complexe et autonome sur la guerre. Ce groupe de recherche est soutenu dans son ambition scientifique par plusieurs Unités de Recherche de l’Université Bordeaux Montaigne (AMERIBER / AUSONIUS / CEMMC / CLARE / CLIMAS / LAM / PASSAGES / TELEM).

            Cette initiative part d’un constat. Si le monde académique anglo-saxon a su, depuis longtemps, développer ce champ de recherche dans le cadre des War Studies, la tradition universitaire française a sans doute souffert d’un évident fractionnement disciplinaire mais aussi d’une certaine défiance à l’égard de la guerre comme objet d’étude, trop longtemps associée à une histoire-bataille désuète. Aujourd’hui, sous diverses formes, ces questions sont abordées avec une vitalité nouvelle. Cependant, dans le contexte académique, la structuration des « Études sur la guerre » débouche très fréquemment sur une survalorisation du contemporain avec, comme corollaire, une conception parfois très utilitariste des études sur la guerre, bien souvent réduites aux Defense and Strategic Studies. Nous voyons dans ce tropisme la permanence de ce qu’il faut appeler une approche néo-clausewitzienne de la guerre, objet certes théorisé mais, dans les faits, abordé pour l’essentiel sous l’angle de la réflexion stratégique ou réduit à la question de l’affrontement, de sa préparation et de son anticipation, voire de son articulation avec le seul politique.

            Pour importante qu’elle soit, notamment pour la réflexion sur les usages de la force et sur la stratégie, cette approche n’épuise pas le rapport que les sciences humaines et sociales peuvent et doivent aujourd’hui établir avec un objet de recherche que l’on ne saurait considérer comme animé d’une logique propre et réduire à des approches techniques et utilitaristes, hors de tout contexte social, idéologique ou culturel. En cela, nous nous distinguons clairement des Strategic Studies. Le développement d’une analyse anthropologique de la guerre, l’intérêt pour les sociétés en guerre comme pour les effets du conflit sur ses sociétés, l’attention à la question des représentations ou des imaginaires idéologiques ou encore la réflexion sur les formes de régulation/dérégulation de la violence en conflit sont autant de grilles d’analyse que nous pensons indispensables pour enrichir la réflexion dans ce champ d’étude. Et nous pensons aussi que l’approche de la guerre par les sciences humaines et sociales n’a vraiment de sens que si l’objet est abordé dans la longue durée historique et si le souci de pluridisciplinarité ne se réduit pas à l’introduction des seules approches juridiques ou économiques à propos des conflits contemporains.

            Nous sommes des historien.ne.s, des archéologues, des philosophes, des linguistes et civilisationnistes, des historiens.ne.s de l’art, des géographes, des spécialistes de littérature et de cinéma, des sociologues ou des politistes. Ce groupe est ouvert aussi bien aux chercheuses et chercheurs expérimentés qu’aux doctorantes et aux doctorants. Cette diversité marque aussi une ambition, celle qui consiste à penser collectivement les conflits armés et leurs représentations, aussi bien dans le passé que dans le monde actuel, de l’Antiquité à aujourd’hui, sous la forme des guerres étatiques ou sous celles, si labiles, des « guerres sans nom », des guerres asymétriques, des guerres froides ou du terrorisme. Pour cela, le groupe Guerres, Espaces, Représentations a défini trois axes principaux (Cultures / Spatialités / Récits, images, traces) qui reflètent la diversité de ses approches tout en fixant un cadre et un périmètre de réflexion.