Entretien avec Pauline Anicet

USHMM.-65474

Doctorante en Histoire à l’Université Bordeaux Montaigne, Pauline Anicet travaille sur le sujet suivant : Représentation et transmission du génocide à travers les récits des témoins de la Shoah en Biélorussie (1941-1944). Elle a aimablement accepté de répondre aux questions de Nicolas Patin.

  1. Pouvez-vous nous expliquer votre sujet de thèse ? sur quel type de sources travaillez-vous ?

Mon sujet de thèse propose d’analyser dans une perspective historique, anthropologique et sociologique, les dispositifs, les pratiques et les territoires de la destruction des Juifs par le pouvoir national-socialiste en Biélorussie durant la Seconde Guerre mondiale. L’activité génocidaire à l’Est, entre 1941 et 1945, a suivi une temporalité spécifique, répondant à un enchevêtrement complexe de violences ; celles-ci s’ajustaient aux impératifs situationnels et contextuels, ainsi qu’aux impulsions émises par Berlin. Il semblait pertinent, dans ce sujet, de proposer des bornes chronologiques qui donnent à voir la dimension cumulative et le caractère pourtant profondément évolutif des violences sur l’ensemble de la période d’occupation du territoire biélorusse, soit du 22 juin 1941 (déclenchement de l’opération Barbarossa) au 28 juillet 1944 (libération complète de la Biélorussie).

L’enquête porte sur l’ensemble des entités territoriales (raïons) urbaines et rurales de Biélorussie et essaye, grâce à l’articulation de la question des corps à celle de l’espace, de reconstituer le paysage du massacre de masse. Ce sont notamment les clivages historiographiques passés et présents qui m’ont encouragé à travailler selon une démarche interactionniste, qui revient à prendre compte les différentes perspectives que Raul Hilberg avait dépeint en 1994 sous l’expression : exécuteurs, victimes, témoins. En restituant les dispositifs et les scènes de la violence génocidaire par la voix des témoins et des survivants, ainsi que par le regard de ceux qui ont perpétré les crimes, cette étude tente de dégager d’une part, les interactions que purent entretenir les différents acteurs, et de mesurer d’autre part, le degré de participation des différents protagonistes au processus génocidaire en reconsidérant plus spécifiquement la présence des populations locales non-juives sur les lieux des massacres en Biélorussie.

Pour retracer ces interactions, je travaille à partir de différentes sources : les rapports administratifs rédigés par les bourreaux ; les comptes rendus des procès d’après-guerre ; les rapports et les actes des commissions d’enquête soviétique ; les témoignages des victimes survivantes ; enfin, les récits des témoins de la Shoah qui ont été enregistrés par l’association française Yahad-In Unum, qui pratique ce recueil de témoignages des témoins du génocide depuis 2004. Dans cette recherche, les récits des témoins occupent une place centrale. Ces témoignages produits par celles et ceux que l’on qualifie de « spectateurs » ou de « badauds de la Shoah » permettent d’écrire une histoire du génocide au plus près de la vision des acteurs, ce que ne permettent pas toujours les sources générées par les administrations centrales nazies. De plus, les témoins sont des relais indispensables pour étudier les dispositifs d’exécution, les pratiques de violence et interroger la formation du territoire du massacre de masse. Ainsi, ces témoignages bien qu’ils comportent des écueils manifestes qu’il serait trop long d’énumérer ici, doivent être regardés comme autant de possibilités de proposer une histoire renouvelée et complétée de la guerre et du génocide à l’Est.

  1. Quelle est la place de la guerre dans la dynamique des violences génocidaires ? Sans l’état d’exception produit par la guerre, peut-on dire que le génocide n’est pas possible ?

Je ne pense pas que la guerre soit véritablement génératrice d’un génocide. Votre question invite à une réflexion plus large sur les termes et concepts que les chercheurs emploient. Le concept de « génocide », un néologisme formulé par Raphael Lemkin en 1944, n’implique pas dans sa définition un état de guerre. Pourtant ce sont deux termes que l’on trouve très fréquemment côte à côte. Il est très difficile de démêler les pratiques de violence. Dans le cas de mon sujet de thèse, l’enchevêtrement de deux temps paroxystiques, à savoir d’une part la guerre à l’Est et, d’autre part, le processus génocidaire, participe à rendre encore plus complexe le rattachement de telle ou telle forme de violence à une catégorie bien définie. Cette confusion est d’ailleurs entretenue par les discours et les pratiques des nazis.

Pour le cas du génocide à l’Est, il est tout à fait indéniable que l’opération Barbarossa a été bien plus qu’un simple théâtre d’opération. Ce conflit conceptualisé avant même son déclenchement comme un Vernichtungskrieg (c’est-à-dire une guerre de destruction totale entre deux idéologies inconciliables) a non seulement offert le cadre, mais aussi les conditions nécessaires à un incroyable déchainement de violence. L’opération Barbarossa devait pérenniser le Reich dans les « siècles à venir » par la conquête d’un Lebensraum et assurer la survie de la Volksgemeinschaft. Christian Ingrao a parfaitement démontré que la guerre à l’Est était un véritable oxymore, fondé sur une destruction incommensurable, mais également teinté d’une dimension utopique. La conquête des territoires de l’Est était la condition sine qua non à la réalisation de l’utopie promise par les dignitaires nazis. Mais cette guerre était aussi matrice d’angoisses d’essence eschatologique qui furent exacerbées par les descriptions apocalyptiques de l’Est et instrumentalisées par les responsables nazis ; elles favorisèrent très certainement la participation au génocide.

Avant le déclenchement de la campagne contre la Russie, les dignitaires nazis ont, par le biais de différents ordres, placé la guerre à venir en dehors des conventions et des normes qui régissaient l’activité guerrière. Le décret Barbarossa du 13 mai 1941 relatif à la juridiction militaire, ainsi que le Kommissarbefehl (circulaire des commissaires) du 6 juin 1941 – véritable pierre angulaire du massacre de masse – font des territoires soviétiques des zones de non-droit. L’éclipse du droit, dont l’objectif était assez ironiquement de juguler les actes de brutalité de l’ennemi, participe à créer un régime d’impunité favorable à un déchainement de violence. De ce point de vue, le glissement, en août 1941, des massacres de masses qui touchent les hommes en âge de se battre, vers les femmes et les enfants, et donc vers le génocide, est une conséquence directe des formes de transgressions permises dès le début de la guerre. En revanche, la généralisation du génocide à toute l’Europe, par le biais des centres de mise à mort est sujet, dans son interaction avec la guerre, à des hypothèses plus discutées, notamment du point de vue des causalités. En résumé, il y a deux avis qui s’opposent sur ce sujet : d’une part, les historiens qui soutiennent que la radicalisation de la politique d’extermination à l’échelle européenne était liée à une « euphorie de la victoire », c’est-à-dire aux enchainements victorieux et à la certitude de vaincre l’ennemi très rapidement ; d’autre part, les chercheurs qui soutiennent l’idée que l’échec à s’emparer de la citadelle moscovite à l’hiver 1941 et l’entrée en guerre des États-Unis participèrent à la radicalisation de la politique génocidaire. Dans tous les cas, il semble que la guerre ait bien créé un « espace militaire, politique et culturel dans lequel le génocide [peut] advenir. »

  1. Quelle est la place de la notion d’ « espace » dans votre travail ?

L’analyse des témoignages et leur mise en perspective avec d’autres sources a stimulé une réflexion autour des notions de paysage, de lieu, d’espace et de spatialité de la violence.

D’abord, la nature même des témoignages sur lesquels je travaille me conduit dans l’imaginaire spatial des témoins, dans leurs espaces sociaux et leurs espaces de vie. Cela implique dans un premier temps d’identifier les lieux qui constituent le « chez soi », mais aussi les lieux symboliques à valeur identitaire. Les témoins biélorusses enregistrés par Yahad-In Unum manifestent un attachement très fort au « chez soi », à « l’ici », au « lieu d’origine ». Les lieux sont véritablement habités, c’est-à-dire pratiqués et investis émotionnellement. Le fait que la majorité des témoins soit nés et aient vécu toute leur vie au même endroit, implique un ancrage identitaire unique et donc un sentiment d’appartenance à un lieu. Pour construire leur récit, les témoins prennent souvent comme repères les transformations répétées de leur environnement physique et social. Les discours des témoins sont pour la plupart structurés par une nette distinction entre trois temps : l’avant-guerre ; le temps de l’occupation allemande et des massacres ; enfin, l’après-guerre. Cette séparation des contextes reflète le sentiment des témoins d’avoir connu une succession de cadres d’existence, d’espaces et de réalités sociales différentes.

Il y a ensuite la question de la création de l’espace du massacre de masse. Les témoignages sont à ce titre essentiels. Ils fournissent des détails précieux et rares quant à la structuration des espaces de destruction, ainsi que sur le déroulement et les modalités des dispositifs de mise à mort. La description et l’analyse des scènes génocidaires permettent d’avancer l’hypothèse que les scénarios et les dispositifs de mise à mort, bien qu’ils semblent se répéter inexorablement, demeurent profondément uniques. Il y a bien eu une recherche de militarisation et de standardisation des dispositifs et des pratiques génocidaires par les nazis ; cependant, l’étude du terrain par le biais des témoignages montre que, bien souvent, cette standardisation se révèle inopérante. Il me semble qu’un dispositif de violence n’est jamais entièrement réplicable. En d’autres termes, il n’y a pas véritablement de scénario type dans les tueries. D’une exécution à l’autre, il y a de nombreuses variables : les distances entre les corps, les unités qui opèrent sur le terrain, les réactions des victimes, la typologie du site d’exécution, les armes employées, etc. Les recherches menées plus particulièrement sur la typologie des sites de tueries ont conduit à se demander par exemple s’il existe, dans les dispositifs et les pratiques, un génocide « urbain » qui ferait face à un génocide « rural ».

  1. Vous revenez d’un voyage de recherche en Lettonie. Qu’apporte la connaissance intime des territoires ?

Effectivement. Ce voyage était le quatrième que menait l’association Yahad-In Unum en Lettonie et portait plus spécifiquement sur la région de Kurzeme. Les témoins que nous avons enregistrés au cours de ce voyage possèdent pour la plupart une connaissance très fine de leur territoire. Les connaissances intimes des témoins de leur territoire permettent parfois d’identifier des lieux d’exécutions inconnus, de comprendre à quoi celui-ci ressemblait au moment du massacre, d’apporter des précisions sur les structures sociales et les espaces avant l’occupation allemande, de savoir qui étaient les victimes, etc.

Les témoins convoquent très régulièrement des lieux du passé qui ont été modifiés ou qui sont disparus pour appuyer et donner une cohérence spatiale à leurs explications. Cette ressuscitation des lieux disparus anciennement expérimentés, permet d’identifier les bâtiments des institutions locales et des autorités d’occupation, de replacer les anciennes résidences des victimes, les lieux d’enfermement et de mise à mort. Les témoins comblent les silences des archives. Par exemple, lors du voyage, nous avons enregistré plusieurs témoins dans une ville qui était relativement bien documentée par les archives. Néanmoins, on ne savait pas ce qu’était devenu l’ancien cimetière juif. Tous les témoins évoquaient l’existence de ce cimetière dans la ville. Ils pouvaient le décrire, expliquer où il se situait, etc. Le dernier témoin enregistré dans cette localité nous a livré la réponse : le cimetière juif a été tout simplement entièrement détruit sur ordre des Soviétiques après la fin de la guerre. Le témoin a été lui-même réquisitionné pour cette tâche. L’action testimoniale réveille dans le présent des lieux du passé souvent engloutis, et cela est d’autant plus vrai quand le témoin devient guide dans le paysage et fait renaitre par ses mouvements et ses gestes l’espace du massacre de masse.

Pour le cas de la Lettonie, il était très intéressant de voir que les témoins n’avaient que peu de souvenirs de l’occupation allemande, mais beaucoup de la première occupation par les Soviétiques. Celle-ci a été beaucoup plus traumatique pour les témoins, notamment car elle a engendré des bouleversements beaucoup plus profonds dans les structures sociales que l’occupation allemande, en dehors, évidemment, de ce qu’elle représentait pour les populations juives locales. En Lettonie, la Shoah s’est déroulée sur un mode très différent de celui de la Biélorussie. En conséquence, les personnes enregistrées au cours de ce voyage étaient dans leur très grande majorité des témoins indirects du génocide. En Biélorussie, les tueries avaient lieu en majorité la journée, dans des lieux qui n’étaient pas toujours des aires reculées, et impliquaient la présence de nombreux témoins. En Lettonie, la Shoah semble s’être déroulée à huis clos.

  1. Peut-on parler, pour la Biélorussie, comme le font certain.e.s chercheuses et chercheurs, « d’espace de violence » (Gewaltraum), où peut exister une longue durée des formes de violence et des rémanences ?

Il me semble que la violence et la spatialité sont inséparables comme a pu le montrer Jörg Baberowski ou la sociologue Michaela Christ. Le concept de Gewaltraum, c’est-à-dire « d’espace de violence » a été principalement théorisé et approfondi par Baberowski. Pour l’historien, le quotidien et les structures sociales sont construites par la violence, qu’il considère comme une force productive du social. Une des idées que défend Baberowski, bien qu’il ne soit pas le seul, est que les situations expliquent plus le passage à l’exercice de la violence que les individus. Le concept est riche de potentialités, mais doit être employé avec prudence notamment car il ne prend pas en compte l’aspect chronologique de long terme des effets de la violence sur les espaces sociaux.

En termes sociologiques, il faut redonner une dynamique encore plus spatiale au concept pour comprendre ce qui caractérise les espaces, les positionnements des protagonistes, les effets du lieu sur les violences et inversement. Violence et spatialité sont tous deux construits socialement et culturellement. Michaela Christ a très bien démontré pour le cas du massacre des Juifs de la ville ukrainienne de Berditchev que la violence est toujours vécue et exercée dans des lieux, que la spatialité donne forme à la violence. Pour faire simple : l’espace donne forme à la violence autant que celle-ci s’inscrit sur lui et le modifie.

En ce qui concerne mon sujet, dès le début de la guerre, les structures de population sont profondément ébranlées : les hommes adultes rejoignent les rangs de l’Armée rouge, laissant derrière eux les femmes, les enfants et les personnes âgées ; les individus notamment ceux qui résident dans la partie orientale de la Biélorussie, s’enfuient vers l’Est ; dans certains cas des évacuations sont organisées par le gouvernement. L’irruption de la guerre dans les cadres d’existence des populations biélorusses et l’arrivée des forces nationales-socialistes constituent les premières étapes du développement d’un sentiment de spoliation et de dépossession territoriale. Les ravages de la guerre, la destruction des lieux d’habitation, des lieux de production ou de stockage alimentaire, mais aussi celle des « géosymboles » à l’instar des édifices religieux, des infrastructures culturelles ou des bâtiments des institutions soviétiques, le ravage des champs ou encore la disparition du bétail en tant qu’éléments constitutifs du paysage et de l’identité rurale biélorusse, modifient profondément les espaces de vie et les pratiques des lieux.

Le territoire biélorusse en guerre se reconfigure en fonction des stratégies de survie (fuite des populations vers d’autres villes voire dans d’autres pays, déménagement dans un quartier, etc.) et des politiques gouvernementales. Ceux qui étaient considérés comme des Untermenschen (« sous-hommes ») par le régime national-socialiste furent contraints de disparaître de leur territoire en se réduisant à l’invisibilité. La guerre et les autorités d’occupation participèrent à modifier les spatialités, les espaces sociaux et les lieux de vie, aboutissant à une altération voire à une annihilation de l’identité de la localité et de ses habitants. Cette impression de destitution qu’expriment de nombreux témoins était liée au changement ou à la germanisation des toponymes, à l’installation des bureaux d’institutions étrangères, au déménagement forcé dans d’autres maisons voire dans d’autres quartiers, aux affiches et aux panneaux écrits en langue allemande, à l’installation de l’occupant dans les bâtiments de la ville voire même dans certains cas directement chez l’habitant, parfois à la profanation des lieux de culte, et à la création d’ « espaces létaux » comme le furent les ghettos.

Les espaces sociaux sont détruits, mais se modifient et se reconfigurent. Les mesures anti-juives font très rapidement leur apparition et s’inscrivent dans l’espace. Les nouvelles directives concernant les Juifs sont parfois affichées sur les murs des bâtiments. Les Juifs sont recensés, marqués corporellement par des signes distinctifs, leurs maisons sont parfois elles aussi marquées (dans d’autres cas, ce sont celles des non-Juifs qui sont marquées), leurs déplacements sont contraints (interdiction de marcher sur les trottoirs, interdiction de sortir d’une aire délimitée, instauration d’un couvre-feu), les occupants les isolent en leur interdisant de commercer ou de communiquer avec les non-juifs. Si les espaces sociaux furent littéralement détruits par les occupants, ces derniers créèrent de nouvelles hiérarchies sociales : les Juifs sont ostracisés, invisibilisés, mais en même temps exposés, de par le marquage de leurs corps. Les populations locales se scindent : certains collaborent, d’autres tentent de venir en aide à leurs anciens voisins juifs ; d’autres encore voient l’occupation allemande comme une possibilité d’ascension sociale ou du moins d’amélioration de leur quotidien. Toutes ces modifications engendrées par la violence, participent à détruire les anciens espaces sociaux pour en faire émerger de nouveaux.

 

  1. Y a-t-il, comme on le pensait jusqu’à récemment, des séquences bien identifiées de types de violence selon les périodes de la guerre ? D’abord les ghettos, puis les « unités de tueries mobiles » (Einsatzgruppen), et enfin les camps de concentration ?

C’est une vaste question.

Il n’y a pas d’un côté les ghettos, les fusillades, puis d’un autre les camps de concentration et les centres d’extermination. Les méthodes de mise à mort coexistent. Lorsque les centres d’extermination fonctionnaient à pleine capacité, les tueries in-situ à l’Est auraient pu tout bonnement s’arrêter ; or ce ne fut pas le cas. C’est bien pour cela que l’expression de « Shoah par balles » me semble assez problématique. Cette formule popularisée par le Père Patrick Desbois, participe premièrement à réduire les techniques de mise à mort en faisant de la fusillade l’unique méthode d’exécution, et implique deuxièmement une division du génocide en deux techniques distinctes, d’une part une « Shoah par fusillade » et d’autre part, une « Shoah dans les chambres à gaz ». Si la fusillade a été une technique de mise à mort prépondérante dans les territoires de l’Est, les exécuteurs ont développé tout un appareil de techniques de mise à mort : les victimes furent battues à mort, asphyxiées dans les camions à gaz, brûlées vives, enterrées vivantes, noyées, jetées dans les puits, etc.

Il y a évidemment un certain séquençage des types de violences. En amont au déclenchement de l’opération Barbarossa, les Einsatzgruppen ont reçu des ordres qui prévoyaient et légitimaient l’assassinat systématique des hommes en âge de porter les armes : membres de l’intelligentsia, commissaires politiques, hommes juifs furent abattus. Rapidement, le cercle victimaire s’élargit. Au début de l’été 1941, entre juillet et août, les bourreaux incluent progressivement les femmes aux exécutions, puis beaucoup plus brutalement les enfants. La pratique devient rapidement systématique. Une fois que les rouages administratifs sont installés, le massacre de masse devint au cours de l’automne 1941 (septembre-octobre) un génocide indifférencié. La généralisation extrêmement rapide des pratiques de mise à mort traduit semble-t-il un certain phénomène d’accoutumance des bourreaux à la violence. Même si le laps de temps entre les premières exécutions et le début du génocide fut très court, il a fallu plusieurs mois à ce que la gestuelle de mise à mort devienne gestuelle génocidaire. C’est par paliers successifs de radicalisation, qu’une violence transgressive s’est instaurée au sein des unités. La modification du cadre de référence des bourreaux, leur conditionnement par et à la violence, l’assimilation de l’idéologie, etc. ne peuvent néanmoins expliquer à elles seules la transgression gestuelle dans laquelle ils tombèrent rapidement. Le passage au génocide était imputable à l’expérience acquise dans les premiers mois de l’été 1941, à l’accoutumance des bourreaux puis à leurs prises d’initiatives sur le terrain. Les mutations des violences, l’accélération ou le ralentissement des tueries doivent aussi être replacées et analysées dans un contexte plus large, qui prend en compte l’évolution du conflit, les retombées des mois de violence et les pulsions de plus en plus radicales émises par le haut sommet berlinois.

L’année 1941 est un temps matriciel dans la radicalisation et l’intensification des violences. Néanmoins, les années qui suivent sont tout aussi essentielles pour comprendre la progression des formes de violences qui oscillent entre fusillades à ciel ouvert, déportation vers les camps de transit et les centres de mise à mort, et liquidation féroce des ghettos dans le contexte de la « lutte contre les partisans » (Partisanenbekämpfung). La lutte contre les partisans est un temps essentiel pour sonder l’expression des différentes formes de violence et analyser la fusion des violences de guerre avec l’activité génocidaire. C’est en effet dans le cadre de combats hybrides que de nouvelles pratiques de violences se développent à l’encontre des populations civiles : déportations massives en Allemagne, enfermement dans des camps à ciel ouvert, villages brûlés avec leur population, etc. Les bornes chronologiques (1941-1944), ainsi que l’approche spatiale du sujet participent à remettre en cause l’idée d’une violence « fonctionnelle », mise en chronologie, totalement structurée et organisée. L’étude de ces quatre années contribue, au contraire, à mettre en lumière la dimension cumulative et hybride du phénomène génocidaire.

  1. Vous travaillez sur des témoignages : comment voyez-vous votre ancrage pluridisciplinaire ? Regardez-vous du côté de l’anthropologie ?

J’ai utilisé cette démarche dès le master. C’est en partie de la confrontation avec l’immense historiographie de la Shoah que l’objet de recherche a pris forme. On se retrouve confronté à un sujet qui semble avoir été étudié de part en part, dans ses aspects politiques, culturels, économiques, etc. Si cela implique nécessairement de faire preuve d’humilité, cela n’empêche pas pour autant de chercher les vides historiographiques et de s’interroger sur les absences, pour proposer un sujet qui soit novateur ou du moins original. J’ai rapidement eu le sentiment que les corps étaient omniprésents dans la Shoah, mais étaient utilisés par les chercheurs comme des toiles de fond non problématisées.

J’ai donc choisi de placer au cœur de la réflexion la question des corps, qui sont le dénominateur commun aux pratiques et à la spatialité de la violence. En conséquence, le sujet emprunte de nombreux outils conceptuels formulés par l’anthropologie, la sociologie, la philosophie et aussi, dans une moindre mesure, par la psychologie et la psychanalyse. Cet engagement sur la voie de la pluridisciplinarité m’a semblé être un moyen de repenser les catégories analytiques instituées ces dernières années dans l’étude sur le génocide. L’ouverture sur d’autres sciences et sur leurs épistémologies permet de mobiliser et de problématiser la violence, les corps et la mort comme de véritables objets de recherche. En considérant les corps dans leur matérialité et leurs pratiques, il était par exemple possible de s’interroger sur la « production des corps » et sur les logiques à l’œuvre chez les acteurs dans les épisodes de violence extrême. En reliant la question du corps à celle de l’espace, il est également envisageable de proposer une cartographie mentale du massacre de masse et de sonder les capacités d’intériorisation d’un espace par des individus.

En ce qui concerne l’usage des récits des témoins de la Shoah, il me semble que ces sources, au-delà d’être essentielles pour le développement d’une analyse anthropologique et sociologique du massacre de masse et la guerre, sont génératrices d’informations et de savoirs nouveaux sur le génocide à l’Est. Les témoignages permettent d’une part, de restituer les réalités humaines de la « Grande Guerre patriotique », telle qu’on l’appelle en Russie, et offrent d’autre part, la possibilité de repenser les cadres et les techniques de mise à mort en offrant un point de vue intermédiaire à celui des bourreaux et des victimes survivantes. De plus, les paroles des témoins viennent ajouter à des données historiographiques bien connues une lecture plus intime des faits, et permettent de mener une réflexion sur les notions d’imaginaire et de reconstruction. Ma recherche propose donc également une réflexion sur ce fragile objet de recherche qu’est le témoignage, dans lequel s’entremêlent mémoires autobiographiques, individuelle et collective. À travers les récits des témoins de la Shoah, ressortent dans toute leur pluralité, les expériences de confrontation à la violence et au massacre de masse qui purent considérablement varier en fonction de différents paramètres. Cette première constatation permet de soutenir l’idée que chaque reconstitution des scènes du génocide est propre à l’individu qui l’énonce. L’un des enjeux de cette recherche est d’affiner l’analyse de l’espace de mise en mort venant préciser avec le plus de finesse possible le statut et le rôle exact des différents acteurs. Dresser une nouvelle typologie des expériences de confrontation à la violence génocidaire suppose de prendre en compte plusieurs variables : l’âge, la distance physique avec la scène de violence, la dimension olfactive de l’expérience, les motivations qui sous-tendent l’acte d’assister et de regarder, etc. La catégorie des témoins, qui pourrait certainement elle-même être remise en question, est une vaste nébuleuse dans laquelle se logent de multiples sous-divisions. Pour mettre en valeur cette diversité, il convient d’expliciter ce qui singularise l’expérience de chaque individu, d’identifier ses composantes identitaires, de préciser avec le plus de finesse possible son statut au moment du massacre.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search