Actualité des revues

Nous signalons trois articles / comptes-rendus proposés par la revue en ligne En attendant Nadeau.

Claude Grimal, “Euphémiser le mal qu’on fait” :

Résumé : Le livre de Mathias Delori, Ce que vaut une vie. Théorie de la violence libérale, s’intéresse à la violence qu’exercent les démocraties « euro-atlantiques » hors de leurs frontières dans leur guerre contre le « terrorisme ». Peu de réflexions ont été tentées sur cette « war on terror » lancée par Bush après le 11 septembre 2001, et, contrairement au « terrorisme » lui-même, elle n’a pas donné lieu a beaucoup d’études. Dans le contexte national et international qui prévaut vingt ans après, il est probable qu’elle n’en suscitera pas plus. Pourtant, Ce que vaut une vie montre qu’il serait primordial de s’intéresser à elle.

Jean-Yves Potel, “Les guerres à venir” :

Résumé : Parmi les augures de la pandémie, on nous annonce le « retour de la guerre ». C’est du moins le titre d’un essai publié par un éminent observateur et analyste de la géopolitique mondiale, François Heisbourg. « Non seulement la guerre entre puissances peut revenir, écrit-il, mais elle peut se mondialiser en occupant les espaces, notamment le numérique, dans lesquels la dissuasion n’opère pas. » D’autres auteurs, moins militaires sans être plus rassurants, voient en cette crise sanitaire mondiale l’expression d’un changement profond dans ce qu’il est convenu d’appeler la « sécurité internationale ». Pour le politiste Bertrand Badie, elle met au jour une « menace globale » – dont font partie également les changements climatiques, les crises migratoires ou alimentaires – qui va dominer le XXIe siècle, et à laquelle le vieil ordre international ne sait répondre. Sans s’opposer, ces deux approches annoncent l’une et l’autre un avenir inquiétant.

Sonia Dayan-Herzbrun, “Afghanistan : un échec sans appel”

Résumé : Achevé près d’un an avant le retrait d’Afghanistan de l’ensemble des troupes américaines et occidentales, le livre du politiste Gilles Dorronsoro avait valeur prémonitoire. Très fin connaisseur de l’Afghanistan où il a effectué de longs séjours de recherche depuis la fin des années 1980, observateur attentif et précis des stratégies et des dispositifs des multiples acteurs engagés dans la région, les analyses qu’il propose permettent de comprendre que les politiques, si l’on peut les nommer ainsi, conduites en Afghanistan ne pouvaient mener qu’à la débâcle des uns et à la ruine des autres.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search