AAC Warfare, Welfare, and Transformation of European Society in the 20thCentury

Warfare, Welfare, and Transformation of European Society in the 20thCentury

Cette proposition vise à étudier les transformations induites par les guerres totales du XXe siècle sur les sociétés européennes. Pour ce faire, elle emprunte deux voies de recherche principales :

  • elle privilégie une perspective “d’en bas”, en se concentrant sur les relations entre la société et la politique de l’État ;
  • elle déconstruit la vision traditionnelle centrée sur l’Etat-nation en proposant d’analyser les phénomènes de mobilisation, de démobilisation et de transformation selon des échelles infra-étatiques (aux niveaux micro et méso) ainsi que supra-étatiques.

La littérature scientifique interdisciplinaire existante sur le sujet a examiné en détail les divers mécanismes de causalité qui relient la guerre totale aux réformes sociales, l’impact de la guerre moderne sur les structures et les politiques de l’État, les conséquences de la mobilisation en temps de guerre sur le mouvement ouvrier ainsi que sur les corps constitués. Sur la base de ces résultats de recherche, cette proposition vise à déplacer l’accent sur les acteurs sociaux et les “intérêts sectoriels” (par exemple, les syndicats, les organisations patronales, le secteur bénévole), et vise à discuter de l’impact de la guerre d’un point de vue transnational et enchevêtré. Cet atelier vise à mettre en évidence trois phénomènes moyens :

  • le rôle des transferts, l’apprentissage mutuel et la concurrence entre les parties belligérantes ;
  • l’action des organisations internationales et humanitaires dans la reconsidération de la politique sociale pendant et après les guerres ;
  • les liens entre la guerre et la réforme sociale en Europe ainsi que dans les territoires coloniaux des puissances européennes.

Ce projet entend utiliser des interprétations et des méthodologies issues de différentes disciplines, afin de fournir une vision globale qui intègre la littérature scientifique actuelle sur le sujet, et d’analyser les caractéristiques enchevêtrées des nombreux liens entre la guerre et le changement social.

L’atelier explore donc le lien entre la Première et la Seconde Guerre mondiale en mettant l’accent sur les connexions de deux binômes : “État-société” et “national-supranational”. Tout en remettant en cause le primat naturel de l’échelle d’analyse de l’Etat-nation, il questionne la césure entre temps de guerre et temps d’après-guerre pour envisager les dynamiques de sortie de guerre et les dynamiques de traduction sociale au-delà de la fin des combats.

L’atelier accueille des contributions portant principalement sur

  • l’interaction entre les acteurs publics et non étatiques ;
  • le rôle des intérêts et groupes sociaux dans l’organisation et/ou l’impulsion des réformes sociales ;
  • les transferts et les échanges qui ont permis la diffusion internationale des idées et des projets de réformes sociales ;
  • l’humanitarisme international et l’aide sociale.

Ce faisant, la proposition s’efforce d’engager un dialogue interdisciplinaire, accueillant des contributions de l’histoire, des sciences politiques, des sciences sociales, de l’anthropologie. L’atelier offre un point de mire pour étudier la mobilisation totale dans ses impacts sur les acteurs sociaux aux niveaux national, supranational et transnational, ainsi que les intrications entre les zones européennes et non-européennes. Les questions pertinentes découlant de ce sujet peuvent inclure :

1) Comment des groupes sociaux spécifiques (par exemple, les travailleurs conscrits, les prisonniers de guerre, les syndicalistes, les employeurs, le secteur mutuel, les administrations coloniales, etc.) ont-ils reconsidéré la relation entre l’État et la société pendant et après la Première et la Deuxième Guerre mondiale ?

2) Comment ces intérêts sectoriels ont-ils agi concrètement pour négocier des actions autonomes d’amélioration sociale et avec les autorités publiques ?

3) Dans quelle mesure des groupes sociaux spécifiques, des associations bénévoles, etc. ont-ils pu organiser l’aide sociale en dehors de l’État – ou en collaboration avec lui ?

4) Comment et dans quelle mesure la guerre a-t-elle servi de catalyseur à un changement social transnational/supranational ?

5) Par quels canaux formels et informels/acteurs non étatiques les idées, pratiques, politiques de réforme sociale ont-elles circulé entre les pays (y compris les transferts entre métropoles et colonies) et/ou traversé les lignes d’ennemis ?

6) Quel impact les organisations internationales/humanitaires et l'”économie mixte” de l’aide sociale ont-elles eu sur la mise en œuvre d’une politique sociale plus inclusive ?

7) Comment l’histoire et les sciences politiques/sociales peuvent-elles interagir afin de fournir une interprétation plus complète du phénomène de transformation de la guerre en bien-être à tous les niveaux (Etat/société ; national/transnational ; politique/économique ; métropole/colonies, etc.)

Atelier et résultats

L’atelier aura lieu entre la seconde moitié de septembre et le début de 2021 – en fonction de l’évolution de la situation sanitaire – à Berlin, au Centre Marc Bloch, et sera une conférence d’une journée. Elle serait idéalement issue de la collaboration entre le Centre Marc Bloch (Berlin), SOCIUM (UniBremen), et l’action COST CA 11819 – “Who Cares in Europe”. Nous prévoyons d’avoir 2/3 panels traitant de :

1) Impacts transformateurs de la guerre : politique de l’Etat et acteurs sociaux ;

2) Dimensions nationales et transnationales de la guerre totale et du changement social ;

3) Théorie de la guerre à l’aide sociale entre l’Europe et les États-Unis.

Cet atelier est conçu comme la première étape d’une réflexion collective sur le thème “Warfare, Welfare and Transformations of European Society in the 20th Century” et devrait être suivi d’un second en 2022. Sur la base des contributions reçues, les résultats scientifiques seront un numéro spécial sur le thème warfare-to-welfare dans une revue à comité de lecture, ou un volume édité pour un éditeur international. Nous discuterons ultérieurement de la revue/série qui pourrait constituer le débouché le plus approprié

Proposals in the form of a short presentation (500-1.000 words) with a title and a short CV (2 pages maximum) should be sent by 25thof June 2021 to the following two e-mail addresses:

Michele Mioni: michele.mioni@uni-bremen.de

Fabien Théofilakis: fabien.theofilakis@cmb.hu-berlin.de


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search