Regards de géographes sur les conflits au Sahel

La guerre au Sahel, à laquelle la France participe résolument par la présence active de plus de 5000 soldats et de très nombreux équipements depuis 2013, est depuis quelque temps un objet de débat qui dépasse le cercle restreint des spécialistes et des militaires. Les pertes subies comme les pertes infligées, mais aussi l’apparente impasse militaire et stratégique à laquelle la France est confrontée sont aujourd’hui discutées ou soulignées. Nous avons voulu proposer le regard de Christian Bouquet, qui offre une lecture géographique des enjeux du/des conflit/s dans cette région. Ce dossier reste ouvert et accueillera d’autres contributions. Il est aussi un lieu de débat.

 

Article de Christian Bouquet, « Le Sahara entre ses deux rives. Éléments de délimitation par la géohistoire d’un espace de contraintes », Géoconfluences, décembre 2017.

Délimiter les espaces sahariens et sahéliens est une mission impossible, mais tenter l’exercice permet à tout le moins de proposer une géographie mouvante de ces espaces au cœur de dynamiques actuelles contradictoires : tentative de contrôle par la coopération entre États, insécurité allant jusqu’à la guerre civile, exploitation des ressources, réactivation des routes transsahariennes… Une histoire de la construction de cet espace permet d’esquisser une carte, et surtout de constater les limites de la cartographie pour rendre compte des réalités du terrain.

 

Christian Bouquet, « Peut-on parler de « seigneurs de guerre » dans la zone sahélo-saharienne ? Entre vernis idéologique et crime organisé », Afrique contemporaine, vol. 245, no. 1, 2013, pp. 85-97.

Une approche de géographie politique permet de donner à la crise sahélo-saharienne un éclairage particulier. Ainsi sont soulignés le rôle des conditions naturelles dans la vulnérabilité et la fragilité des populations, obligées d’être mobiles pour survivre, le poids de l’histoire, mal connue mais fort bien assumée par les générations d’aujourd’hui, la dynamique démographique, plus inquiétante que réconfortante, et la déliquescence des États, qui ne sont plus en mesure de contrôler leurs territoires. Dans ce contexte, les recompositions spatiales auxquelles nous assistons relèvent-elles davantage d’une volonté de faire prévaloir un islam plus radical que du crime organisé par des seigneurs de guerre, fussent-ils jihadistes ?AFCO_245_0085

 

Christian Bouquet, “Au Sahel, la difficile équation terre-eau-populations”, ID4D, 26 novembre 2019.

Pour analyser les conflits dans le Sahel, il faut commencer par une arithmétique simple eau-terre-populations, selon Christian Bouquet : il y a de plus en plus de monde et de moins en moins d’eau sur des terres arables qui se réduisent.

Les cartes électorales comme révélateurs de l’insécurité au Burkina Faso.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search