Compte-rendu / lecture

 

Pascal Payen, La guerre dans le monde grec : VIIIe-Ier siècles avant J.-C., Armand Colin, 2018.

par

Dorian Zavan

(M2 Histoire ancienne, Master Histoire, Civilisations, Patrimoine / Université Bordeaux Montaigne)

 

La guerre, aujourd’hui objet d’étude commun et admis, ne l’a pas toujours été. Ainsi, au XIXe siècle, l’histoire de la guerre se fonde avant tout sur l’histoire des grandes batailles et des évènements politiques dans une « Histoire bataille » proposée par l’École méthodique alors que l’Histoire, en tant que science, est en pleine construction. Cette histoire qui relève de la méthode scientifique reste cependant à visée bien souvent édifiante dans le contexte de la construction des États-Nations de la fin du XIXe. Cette manière de construire l’Histoire est ainsi remise en cause dans l’entre-deux-guerres par l’École des Annales, avant d’être totalement abandonnée après la Seconde Guerre Mondiale. On lui reproche en effet d’avoir exacerbé les nationalismes qui ont en partie mené au carnage de la Première Guerre mondiale. L’histoire militaire, l’histoire politique, tant qu’elles sont évènementielles, intéressent moins, on leur préfère alors une histoire plus sociale et culturelle sur le temps long.

L’étude de la guerre n’a cependant pas été abandonnée pour autant. Ainsi depuis les années 1950, il existe deux manières d’étudier la guerre, comme l’énonce Pascal Payen dans son introduction générale (p. 3-14). On peut ainsi distinguer d’une part l’étude de l’organisation formelle de la guerre (organisation des armées, équipement, ravitaillement, fortifications, modes de combat etc.) qui existe depuis l’Antiquité, et d’autre part l’étude de la « nature sociologique » qui « analyse les rapports entre guerre et société » (p. 7). Ainsi, dans les années 1980, J. Keegan apporte une nouvelle vision du fait guerrier. Il place en effet son étude, entre autres, au niveau du soldat, de ses blessures, de sa psychologie aussi et présente la guerre comme un fait culturel. C’est dans cet esprit qu’apparait le courant de la « Nouvelle Histoire bataille » qui revitalise les études sur la guerre sous toutes ses formes et à toutes les époques depuis les années 1970-1980. P. Payen, anciennement rofesseur d’Histoire grecque à l’université Toulouse-Jean Jaurès, prolonge ici ses propres recherches sur la guerre avec son précédent ouvrage paru en 2012, Les revers de la guerre en Grèce ancienne : histoire et historiographie, un chapitre du présent ouvrage traitant du même thème. Ses domaines de spécialité sont la guerre dans le monde grec et le réception de l’Antiquité grecque chez les modernes.

Ainsi cet ouvrage de 352 pages, paru en 2018, est composé de cinq grandes parties, soit 22 chapitres en tout. La conclusion générale est suivie un recueil d’annexes très fourni et complet : documents littéraires, cartes, illustrations présentées et commentées ainsi qu’une chronologie. Enfin, une bibliographie de 18 pages achève l’ouvrage.

 

Première partie : La guerre est-elle au centre des sociétés grecques ?

P. Payen pose tout d’abord la question de la permanence de l’état de guerre dans les sociétés de la Grèce antique. Il cite ainsi Héraclite « le conflit est père de toute choses, roi de tous les êtres » pour amorcer la réflexion à ce sujet. La guerre est en effet bien souvent perçue comme omniprésente dans le monde grec et plus largement dans toutes les sociétés antiques. P. Payen rappelle ainsi tout d’abord que les conflits dans le monde grec peuvent prendre des formes très variées, allant de la stasis, la guerre civile, à la bataille classique ou la campagne militaire. À tous ces conflits participent les citoyens qui forment le corps militaire de la cité en guerre. Ces derniers, en tant que premiers impliqués dans le conflit, s’en emparent et l’encadrent pour s’en « assurer le contrôle » (p. 20). Le conflit a ainsi une valeur symbolique, il est en effet inhérent à la vie politique des cités, et il l’est d’autant plus qu’elles sont démocratiques.

P. Payen insiste sur le fait qu’en dehors de l’Iliade, où la guerre est quotidienne mais qui est une œuvre poétique, la guerre n’apparait pas comme une évidence chez les historiens antiques comme Thucydide ou Xénophon. Ils la présentent plutôt comme une « maladie » causant le désordre, « un monde à l’envers » (p. 22). Il parait alors pour P. Payen impossible de « conclure que la guerre est pour les Grecs inhérente à l’ordre naturel » (p.23). L’historien a alors affaire « non plus à des sociétés guerrières, mais à des sociétés en guerre » (p. 23) pour qui l’acte guerrier est gage de préservation d’un territoire, de sa population, d’un mode de vie.

Pascal Payen poursuit cette première partie par la présentation des différents thèmes de la recherche actuelle sur la guerre. Il discute ainsi l’omniprésence de la guerre chez les Grecs anciens, met en lumière le lien entre la guerre, le politique, et le rôle des citoyens, tout en faisant un état des lieux de l’étude de la régulation des violences de guerre (qui n’apparait que tardivement avec les travaux des historiens de la Grande Guerre) comme a pu le faire Victor David Hanson dans ses travaux[1]. L’historien est ainsi invité à la pluridisciplinarité. Il présente ensuite le lien entre guerre et économie, la guerre demandant un effort économique massif mais créant aussi une économie de prédation, comme domaine de recherche très fécond ces dernières années. L’auteur présente enfin un dernier domaine de la recherche, celui des « imaginaires de guerre », « manière dont sont conçus et pensés, voire rêvés les conflits, les affrontements et la mort » (p.32), autour par exemple du personnage d’Alexandre le Grand, ou de la manière dont est considérée la mort au combat en Grèce ancienne.

Ainsi, cette première partie se conclue par l’étude de l’existence d’une « culture de guerre » chez les Grecs anciens. P. Payen tente de définir la culture de guerre comme étant constituée par « les attitudes, les comportements qu’inventent les hommes au long de la vie quotidienne sur le front » (p.35), « de tout ce qui sort des normes et des règles du jeu social et politique » causée par exemple par l’absence des citoyens-soldats éloignés de leurs foyers et plus globalement par tous les effets de la guerre sur la cité et les individus qui la composent. Cette culture de guerre s’exprime notamment lors des assemblées des cités, la guerre apparait alors comme une affaire importante, et les décisions qui s’y rattachent sont prises par les citoyens qui seront appelés ensuite à servir comme soldat.

 

Deuxième partie : Les guerres au fil du temps, chronologie et nature des conflits

Dans cette deuxième partie, l’auteur propose une étude des guerres sur le temps long. Il remonte ainsi jusqu’à l’époque mycénienne et retrace succinctement les changements militaires qui prennent place pendant cette période, notamment au niveau des mutations de l’infanterie, visibles à travers l’iconographie[2]. Le fantassin devient en effet de plus en plus important à la fin de l’époque mycénienne (entre 1250 et 1200 av. J.-C.), P. Payen propose de le présenter comme pouvant appartenir à une petite aristocratie, élite guerrière de leur époque et dans laquelle on peut voir des sortes de « proto-hoplites », sans que les combattants, ou leur formation, ne représente complètement le style du combat hoplitique. Cette partie permet de faire le lien avec les récits de l’Iliade et de l’Odyssée, qui mettent en place un « idéal héroïque » et placent la mort au combat comme la gloire suprême et éternelle, la seule valable. La recherche de la gloire dans la mort est cependant régie par un code guerrier qui montre que la guerre est « un rite, avec son ordre, ses gestes précis » (p. 54). P. Payen analyse alors plus profondément le lien entre la mort et la gloire, très présent au sein de l’Iliade, la première étant recherchée pour obtenir la seconde mais étant aussi objet de crainte. P. Payen fait d’ailleurs apparaitre les paradoxes de ce récit notamment à travers la figure d’Achille.

Le chapitre suivant présente l’évolution des conflits sur le temps long, en passant par la « révolution hoplitique » du VIIIe siècle et les conflits archaïques. Il se poursuit avec la présentation du lien entre la phalange et la société civique, la création des puissances maritimes et terrestres au tournant des VIe et Ve siècle avec les ligues se formant autour d’Athènes et Sparte. Le IVe siècle est ainsi l’époque de grands bouleversements militaires : guerre en toute saison, troupes plus diversifiées, nouvelle importance de la cavalerie, introduction de la sarisse, sont autant de cordes à l’arc de leur instigateur, le roi de Macédoine, Philippe II. Ces bases militaires permettront ensuite les conquêtes d’Alexandre et la diffusion de l’hellénisme à travers l’ancien Empire achéménide. Les Diadoques, successeurs d’Alexandre, s’approprient des territoires à la mort de ce dernier (après 323) et s’octroient le titre royal vers 305. Leurs territoires devenant des monarchies, où la composante militaire joue un rôle essentiel, régulièrement en conflit les unes avec les autres pour la suprématie. Ces grands ensembles territoriaux doivent ensuite faire face, dès la fin du IIIe siècle, à l’immixtion de Rome et de ses alliés dans leurs sphères d’influences et affaires internes, puis à leur réduction successive en provinces de Rome. Ces différentes conquêtes, tout comme les guerres entre cités, induisent des contacts avec l’ennemi, c’est ce que propose d’étudier P. Payen dans ce sixième chapitre. Dès l’Iliade, ces contacts apparaissent dans les échanges entre Achille et Hector. Ainsi, le statut ou l’identification de l’ennemi peut être amené à changer, les alliés d’aujourd’hui peuvent devenir les ennemis de demain et la figure de l’ennemi héréditaire, du barbare, périclite, passant des perses, aux celtes puis aux romains. Ces ennemis permettent « de mettre en place une véritable pensée de soi » (p.87) pour les grecs.

Cette deuxième partie est conclue par deux chapitres traitant de la diplomatie et de ses conséquences : les paix, trêves et alliances. Ainsi nous sont présentées les trêves (spondai) à durée limitée, comme la paix de Nicias en 421, et c’est en effet à partir du IVe siècle que les trêves perdent leur caractère limité pour devenir « perpétuelles » (p.89). Apparaissent aussi au VIe siècle les paix communes (koinè eirènè), souvent imposées par une ou plusieurs puissances alors dominantes (comme celle imposée en 337 par Philippe II de Macédoine après Chéronée). Enfin, les différents types d’alliances, de ligues ou de confédérations permettent de nouer des liens, plus ou moins durables, entre États grecs. Ainsi, ces relations diplomatiques connaissent leurs « lois » informelles, tout comme la guerre : ce sont les « lois de la guerre »[3], elles « tendent plutôt à fixer des limites aux débordements prévisibles » (p.96), cependant ces lois autorisent aussi un certain nombre d’exactions, tel que le pillage d’une cité conquise. Ces lois informelles sont cependant censées protéger le personnel diplomatique.

 

Troisième partie : Les moyens de la guerre : Armées, ressources, techniques

Dans la troisième partie, P. Payen étudie de manière plus classique la guerre et ses moyens. Il présente l’hoplite grec à travers son origine sociale, la plupart du temps un paysans possédant sa terre, et la panoplie qui fait de lui un hoplite. Cet équipement induit-il un mode de combat particulier à la phalange grecque ? Les phalanges, lorsqu’elles entrent en contact, effectuent une poussée l’une contre l’autre (ôthismos) jusqu’à ce que l’une des deux lignes se disperse et prenne la fuite. Le bouclier apparait alors au centre du dispositif tactique de la phalange grecque : il protège la communauté et permet de repousser l’adversaire hors des frontières de cette dernière. D’ « autres guerriers » prennent cependant part aux activités guerrières dans le monde grec : troupes légères, peltastes et cavalerie possédant leurs propres spécificités tactiques mais étant toujours positionnées dans la bataille par rapport à la phalange. Parmi les armées des cités grecques, on ne trouve cependant pas seulement les citoyens en armes mais aussi des mercenaires et des non-citoyens. Les premiers peuvent venir du monde grec ou de l’extérieur, et forment souvent des troupes spécialisées (les célèbres archers crétois par exemple). Les seconds peuvent être intégrés aux armées civiques, comme les métèques le sont à Athènes en tant qu’hoplites.

En parallèle de la guerre terrestre, les Grecs pratiquent aussi la guerre maritime. Ainsi, d’après Thucydide, les premières trières[4] sont construites par les Corinthiens vers 704 av. J.-C, ce sont ces mêmes trières qui permettront à Athènes de contrôler la mer Égée pendant près d’un siècle. L’entretien d’une marine n’est cependant pas chose aisée car cela coûte cher : il est souvent nécessaire d’importer des ressources (venant parfois de régions lointaines), d’entretenir des artisans spécialisés etc., toutes les cités ne peuvent alors se permettre de telles dépenses. Le coût important induit par la construction et l’entretien d’une flotte de trières n’empêche cependant en rien certaines cités, les tyrans ou plus tard les Diadoques d’innover pour construire des navires toujours plus grands[5].

La construction de flottes de guerre, plus largement la guerre en elle-même, est grande consommatrice de ressources financières. P. Payen présente ainsi plusieurs manières de financer la guerre, tels que les liturgies (« obligation publique sous forme de taxation » p.138), le tribut (phoros), la contribution (eisphora : un impôt de guerre exceptionnel), et d’autres fonds divers. La guerre est cependant en elle-même lucrative et permet l’acquisition de nouvelles richesses, à travers le pillage et la revente du butin mais elle a aussi des répercussions diverses sur l’économie. Pour les victimes du pillage, elle est évidemment négative notamment à travers la destruction des récoltes, mais peut aussi se révéler avantageuse pour qui sait en tirer parti. Une armée devant en effet s’approvisionner, la création de marchés par les localités traversées par les troupes suscite les échanges économiques.

P. Payen poursuit son étude par la poliorcétique, « l’art de l’attaque et de la défense des villes » (p.150) et les guerres défensives dans leur globalité, la poliorcétique étant « la partie de l’art de la guerre qui permet le mieux d’appréhender les mouvements et les mutations des sociétés » (p.150). Ainsi, la construction d’ouvrages défensifs se multiplie en Grèce entre le IXe et le VIIe siècle av. J.-C., sans pour autant qu’une uniformité n’apparaisse. Les disparités restent en effet importantes entre communautés et régions. A l’époque hellénistique, la grande majorité des cités possèdent des murailles, mais les évolutions en matière de poliorcétique offensives apparaissent au IVe siècle avec de nouvelles machines telles que les catapultes ou hélépoles (tours de siège). Ainsi, par les murailles, c’est la guerre défensive et de résistance à l’ennemi qui est mise en avant, dans la lignée de l’idéologie guerrière grec et de l’hoplite, guerrier défensif par excellence.

Pour clore cette troisième partie, P. Payen propose d’étudier le commandement militaire dans le monde grec. Il pose ainsi la question du lien entre le commandement militaire et le politique, à travers le choix des commandants et de leur contrôle par les institutions citoyennes. Il prend ainsi l’exemple d’Athènes dont les dix stratèges sont très encadrés, soumis à une reddition des comptes et à des sanctions en cas d’erreur, P. Payen prend alors l’exemple de la sanction infligée à six des huit stratèges athéniens qui, après leur victoire aux îles Arginuses, ont été exécutés pour ne pas avoir récupéré les corps de leurs soldats morts. Ainsi dans la majorité des cités grecques, le pouvoir militaire est un pouvoir collégial, pour éviter toute concentration. Or, la figure du roi hellénistique s’impose lorsque les Diadoques s’octroient le titre royal. Le roi, devenu véritable roi de guerre, prend alors seul la décision de la guerre et dirige ses armées comme il l’entend, bien souvent pour agrandir, par la conquête, le territoire royal.

 

Quatrième partie : Les sociétés grecques dans la guerre

Dans cette quatrième partie, P. Payen étudie les leviers permettant à la cité de discuter, d’empêcher ou d’accepter la guerre, mais aussi de s’y préparer. Ainsi, de nombreux contrôles politiques sont mis en place pour « empêcher tout risque d’une autonomie de l’institution militaire » (p. 171). Le corps civique de la cité contrôle donc tout ce qui a trait à la guerre, que ce soit l’Assemblée d’Athènes, celle d’Argos, celle des koina ou de nombre d’autres cités. Il en est de même à Sparte, face aux Rois ou Éphores. Sparte n’est ainsi pas présentée par P. Payen comme une société militariste[6] (comme cela a pu être le cas par le passé), puisque les Lacédémoniens rechignent par exemple à sortir de Laconie pour partir en guerre. De plus l’agôgè (encasernement des jeunes spartiates à partir de 7 ans) est avant tout une institution civique qui vise à former un bon citoyen.

P. Payen poursuit sa démonstration par la présentation du lien entre guerre et sacré en Grèce ancienne. En effet tous les registres de la vie des cités grecques sont très étroitement liés au sacré, ainsi les dieux accompagnent constamment le soldat-citoyen tout au long de sa vie, de son éphébie (que P. Payen traite dans son prochain chapitre) jusqu’au moment de partir en campagne ou de déclencher une bataille. Offrandes et sacrifices sont ainsi organisés pour s’attirer la faveur des dieux et les remercier en cas de victoire.

La chapitre suivant traite de l’éducation et de son lien avec la guerre. À Athènes, c’est l’éphébie qui a pour rôle de former, entre 18 et 20 ans, les jeunes hommes au maniement des armes et à leur futur rôle de citoyen. À l’issu de cet apprentissage, ils peuvent en effet participer à la vie politique de la cité en siégeant à l’Assemblée, mais aussi honorer les dieux et être appelés dans l’armée civique. On retrouve des institutions similaires dans leur rôle d’intégration à la communauté civique à Sparte avec l’agôgè, ou en Crète et à Thèbes où une « homosexualité initiatique et ritualisée » (p.198) participe à cette intégration et à une « solidarité […] poussée à l’extrême par des liens extra-militaires » (p.199).

Cette quatrième partie se conclut par l’étude la mémoire de la guerre dans la cité. Cette mémoire a pour étape première la récupération des corps sur le champ de bataille, les vaincus devant avoir la possibilité de récupérer leurs morts selon les conventions admises par tous les Grecs. Ces morts pouvaient ensuite être incinérés ou inhumés. Des funérailles publiques étaient ensuite organisées par la cité. P. Payen donne trois cités en exemple : Thasos, Sparte et Athènes. Ces funérailles publiques, bien connues à Athènes, sont découpées en plusieurs étapes et très codifiées. Des tombeaux communs, stèles ou bases gravées sont un des marqueurs de la mise en mémoire de la guerre par la communauté civique.

 

Cinquième partie : La guerre et ses « revers »

Dans cette cinquième et dernière partie, P. Payen étudie ce qu’il appelle les « revers » de la guerre, thème qui a fait l’objet d’une étude approfondie dans un de ses ouvrages précédents paru en 2012 et à au titre identique : Les revers de la guerre en Grèce ancienne : histoire et historiographie. Il aborde dans ces derniers chapitres des domaines et conséquences de la guerre souvent passés sous silence. Ainsi il présente d’abord la violence de guerre. Celle-ci peut prendre plusieurs formes (mise en esclavage, rançonnage des prisonniers, torture, mauvais traitements, viols) et apparait dans les différents récits, tant dans l’épopée (l’Iliade en premier lieu) que dans les récits historiographiques. Cette violence est cependant encadrée par les « lois de la guerre », un « ensemble de prescriptions qui visent à fixer des limites à la violence » (p. 216). Ces « lois » sont cependant ambivalentes, d’autres lois sont ainsi régies par le principe de la force et de la « supériorité acquise dans la violence du combat » (p. 217), la loi du vainqueur pouvant faire du vaincu, et de ses biens, ce qu’il souhaite. A travers la violence, la question de la vision des corps blessés et meurtris apparait. À travers elle se pose aussi la question de sa narration, par l’historien, de la façon dont il est possible de la restituer par l’écriture, du point de vue des victimes.

La stasis est ensuite abordée, comme acmé du phénomène d’opposition entre les citoyens inhérent au système démocratique. Cette opposition violente est aussi « légitime, car elle est autorisée par la loi » ; comme l’ « essence même du débat politique, de l’échange entre citoyens » (p. 218).

P. Payen poursuit par un chapitre consacré aux pillages, destructions et massacres. Ces violences apparaissent ainsi comme dichotomiques, tantôt incontrôlées (ou presque), et parfois pensées pour infliger le plus de morts possible à l’adversaire. Les non-combattants (femmes, enfants, vieillards), sont ainsi régulièrement pris pour cibles par les massacres, ces derniers pouvant être le fait d’une décision « politique collective » (p. 224) de la cité (par exemple le décret athénien décidant « de tuer tous les habitant de Skyonè »). La profanation des sanctuaires et la prise des cités figurent aussi parmi les premiers lieux de ces massacres. La profanation des sanctuaires permet aux assaillants, en dépit des « lois de la guerre », de faire beaucoup de victimes civiles, et ils en sont vivement critiqués par certains auteurs, Polybe par exemple. Les zones urbaines ne sont bien sûr cependant pas les seuls espaces des violences de guerre, les campagnes en sont même les premières victimes. Leurs pillages permettent en effet d’affaiblir, en partie[7], l’adversaire, tout en nourrissant, toujours dans une certaine mesure, les soldats en campagne[8].

De la guerre, les femmes sont « exclues ou victimes (p. 229), étant donné leur statut social et culturel. Elles sont ainsi exclues car, n’ayant aucun poids politique, elles ne peuvent intégrer l’armée, et étant ainsi privées des armes, elles deviennent des victimes du conflit et de ses nombreuses violences. Elles prennent cependant un rôle essentiel lorsqu’il s’agit de défendre la cité assiégée : construction de défenses, combats sur les remparts, guérilla urbaines font alors parties de leurs attributions. Elles intègrent dès lors elles aussi « la cité en armes » qu’elle contribuent à constituer (p. 234).

L’avant dernier chapitre de l’ouvrage traite des conditions et traitement des prisonniers. L’analyse de ces phénomènes a connu une grande avancée au cours des vingt dernières années. Ces prisonniers, à la merci complète de leurs vainqueurs, peuvent connaitre plusieurs destins, étudiés par P. Payen. Ils peuvent ainsi finir esclaves, être égorgés, torturés etc. Les non-combattants peuvent eux aussi connaître des sorts peu enviables, comme le massacre ou la réduction en esclavage lors de la prise d’une cité. Face à de telles violences, P. Payen pose la question de l’existence d’une opinion publique en Grèce. Cette opinion passe par les lieux de rassemblement qui sont ceux de la cité : assemblée, agora, spectacles etc…, où l’opinion publique peut exprimer son émotion sur les violences de guerre qui lui parviennent[9].

Le dernier chapitre de l’ouvrage traite de la manière dont les Grecs surmontent les défaites. Ce champ de la recherche, comme le rappelle P. Payen, a été introduit par les historiens de la Grande Guerre, il convient alors pour les chercheurs de ne pas tomber dans l’anachronisme par analogie. Ainsi, chez les Grecs, la sortie de la guerre peut s’exprimer de différentes façons : soit par la défaite totale, signifiant la fin de la cité, soit par la défaite négociée, contrôlée. Dans ce dernier cas de figure, la première étape de la sortie de la guerre est la réintégration des combattants dans la cité (comme Ulysse dans l’Odyssée) et des morts sur le territoire civique. Enfin, le moment de la « sortie de guerre » est bien évidemment le moment de la reconstruction, tant mémorielle que matérielle, on reconstruit les fortifications avant tout gage du retour de la population, ainsi que les infrastructures publiques.

 

Dans une conclusion générale qui convoque la guerre moderne, P. Payen s’appuie sur les réflexions de Fr. Gros dans son ouvrage États de violence, traitant de la guerre transformée aujourd’hui en « États de violence ». Il en serait ainsi « fini de la guerre classique qui voyait s’affronter des armées s’avançant en colonnes avec des forces et des ressources à peu près égales » (p. 257). Presque la fin des guerres donc, l’arme nucléaire la limitant, mais toujours la violence : celle de l’acte terroriste, des guerres civiles. Ces violences sont désormais surtout celles des civils. Ces « états de violences » qui paraissent sans fin permettent selon P. Payen d’interroger sur la guerre et sa finalité, interrogation déjà posée par Plutarque dans les Vies parallèles (Vie de Pyrrhos, XIV) à travers Cinéas, ce dernier demandant au roi Pyrrhos ce qu’il ferait une fois ses conquêtes achevées[10].

 

Dans cet ouvrage, P. Payen brosse un tableau complet de la guerre : de la vision que les Grecs en avait, aux moyens de sa mise en place et de son contrôle, en passant par son impact sur les individus. C’est ainsi une vision et une analyse des sociétés grecques en guerre qui nous est proposée. L’auteur traite ainsi de la guerre dans le monde grec comme un « objet de culture » (p. 259), car elle est produite par les Grecs dans le même temps que la cité, et fait partie de leur identité. Il aborde ainsi des thèmes souvent peu étudiés comme le rôle des femmes ou celui des violences de guerre en Grèce antique. Il interroge aussi le rôle de l’historien dans l’analyse de ces guerres et de ses enjeux. On remarquera cependant, à la lecture de l’ouvrage, que ce dernier s’attache davantage à la période classique et ne s’aventure que peu dans la période hellénistique. Les exemples sont alors en grande partie tirés de la période classique. Il s’en trouve ainsi très centré sur de grandes cités telles qu’Athènes, et dans une moindre mesure Sparte. Cela est cependant peut-être dû aux sources, littéraires notamment, abondantes pour Athènes et d’autres grandes cités (Thèbes, Corinthe ou Syracuse par exemple), mais peu nombreuses pour les cités plus modestes, constituant pourtant la plus grande partie du paysage civique grec. En conclusion, l’ouvrage de Pascal Payen s’inscrit dans l’historiographie moderne de la guerre grecque antique comme une étude importante par les questions, peu traitées pour la plupart et abordées sur le plan culturel, qui y sont abordées. Il apporte ainsi une vision renouvelée et stimulante du phénomène guerrier en Grèce ancienne.

 

[1] V. D. Hanson, Le modèle occidental de la guerre. La bataille d’infanterie dans la Grèce classique, Paris, Les Belles Lettres, 1990 (édition originale 1989).

[2] Le « vase des guerriers » de Mycènes, conservé au Musée national d’Athènes, est cité en exemple.

[3] Ces lois informelles sont citées par plusieurs auteurs : Thucydide, Xénophon, Diodore de Sicile ou Polybe en sont des exemples.

[4] Navires à trois rangs de rameurs.

[5] Tetreres à quatre rangs de rameurs ou penteres à cinq sont donnés en exemple par P. Payen.

[6] P. Payen cite ainsi les travaux de J. Ducat, « La société spartiate et la guerre », Armée et sociétés de la Grèce classique, textes réunis par Fr. Prost, Paris, Errance, 1999 et M. I. Finley, « Sparte et la société spartiate », dans Economie et société en Grèce ancienne, Paris, La Découverte, 1984.

[7] La destruction de certaines cultures peut s’avérer difficile si l’outillage n’est pas approprié.

[8] Comme le souligne P. Payen « on ne transforme par aisément un champs de céréales en farine pour faire cuire aussitôt du pain pour toute une armée en campagne ! » p. 228.

[9] P. Payen prend l’exemple d’Hérodote rapportant les larmes des Athéniens lors de la représentation de la pièce de Phyrnichos La prise de Milet.

[10] La conversation de Cinéas et de Pyrrhos est le dernier exemple utilisé par P. Payen.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search