Blessures de Guerre. La bataille de Normandie, entre mémoire idéelle et mémoire matérielle.

Blessures de Guerre.

La bataille de Normandie, entre mémoire idéelle et mémoire matérielle.

 

Depuis le début des années 2010, le patrimoine matériel lié à la bataille de Normandie rentre progressivement dans le domaine de la recherche archéologique. En parallèle, la mémoire des combats et de leur impact sur la population civile devient peu à peu une mémoire indirecte, portée non plus par des témoins mais par leurs descendants. Ces évolutions prennent place dans un contexte où le tourisme de mémoire prend une importance croissante, pour le meilleur et pour le reste.

Face à cette situation, quelle peut être la position des institutions scientifiques actrices de la recherche sur le terrain normand ? Celle des porteurs de mémoire ? Et celle de la population normande, à la fois porteuse d’une mémoire souvent traumatique et protagoniste d’un mouvement dont l’impact économique est majeur ?

Il n’est pas question ici de faire un bilan sur ces questions, mais plutôt de partager l’expérience individuelle d’un certain nombre d’acteurs qui ont été amenés à interagir autour de deux projets de fouille archéologique, à La Montanguerie (Amigny) et au Manoir de Brécourt (Sainte-Marie-du-Mont). Différents participants (des archéologues, des passionnés locaux, des porteurs de mémoire à titre individuel et/ou institutionnel…) feront part de leur expérience et de leur ressenti, en amont d’un moment d’échange.

Ces rencontres sont le fruit d’une collaboration entre deux institutions, l’Université Bordeaux Montaigne (programme Sciences Avec et Pour la Société) et le Musée Utah Beach. Elles sont aussi le résultat d’un processus collaboratif ayant impliqué des institutions diverses (CNRS UMR 5607 Ausonius, Ministère de la Culture, entreprise Terreal…) et mobilisé bien des énergies individuelles. Elles auront lieu à deux endroits, le 27 septembre à 17h30, à l’Université Bordeaux Montaigne (Amphi B200) et le 29 septembre à 20h au Musée Utah Beach.

 

Intervenants :

-Elizabeth Rieman (porteuse de mémoire, nièce du colonel Rodwell),

-Charles de Vallavieille (maire de Sainte-Marie-du-Mont, président du Musée Utah Beach),

-Louis Campain et Alban Louaintier (chercheurs et passionné, à l’origine de la fouille d’Amigny),

-Alexis Gorgues (maître de conférences, Université Bordeaux Montaigne).

 

Since the beginning of the 2010s, the material heritage linked to the Battle of Normandy has gradually entered the field of archaeological research. At the same time, the memory of the battles and their impact on the civilian population is gradually becoming an indirect memory, no longer carried by witnesses but by their descendants. These developments are taking place in a context where remembrance tourism is becoming increasingly important, for better or for worse.

Faced with this situation, what is the position of the scientific institutions involved in research in Normandy? That of the bearers of memory? And that of the Norman population, both bearers of an often traumatic memory and protagonists of a process whose economic impact is major?

The aim here is not to make a global assessment of these questions, but rather to share the individual experiences of a number of actors who were brought to interact around two archaeological excavation projects, in La Montanguerie (Amigny) and le Manoire de Brécourt (Sainte-Marie-du-Mont). Various participants (archaeologists, local enthusiasts, individual and/or institutional memory bearers, etc.) will share their experience and their feelings, prior to a moment of exchange.

These meetings are the result of a collaboration between two institutions, the University of Bordeaux Montaigne and the Utah Beach Museum. They are also the result of a collaborative process that has involved various institutions (CNRS UMR 5607 Ausonius, Ministry of Culture, Terreal company…) and mobilised many individual energies. They will take place in two locations, on 27 September, 5.30pm at the University of Bordeaux Montaigne (Amphi B200) and on 29 September, 8pm at the Utah Beach Museum.

Speakers:

-Elizabeth Rieman (memory bearer, niece of Colonel Rodwell),

-Charles de Vallavieille (mayor of Sainte-Marie-du-Mont, president of the Utah Beach Museum),

-Louis Campain and Alban Louaintier (researchers and enthusiasts, at the origin of the Amigny excavation),

-Alexis Gorgues (lecturer, Bordeaux Montaigne University).



Citer ce billet
Laurent Capdetrey (2022, 12 septembre). Blessures de Guerre. La bataille de Normandie, entre mémoire idéelle et mémoire matérielle. Guerres Espaces Représentations. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p0s0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search